Une fertilisation organique avec des capteurs pour des mesures précises et dans le respect des règlementations légales

ISARIA und Zunhammer Traktor

Une fertilisation initiale précise est essentielle.

Jusqu’à présent, seule la gestion spécifique aux zones avec des capteurs végétaux pour la fertilisation minérale et la protection phytosanitaire sont connues. Pourtant dans de nombreuses exploitations, la fertilisation initiale s’effectue avec du lisier. Au cours d’une saison, cet apport de fertilisation est primordial. Même avec du lisier, il faut réagir en fonction de l’état de la parcelle généralement hétérogène. Cette fertilisation renforce les plantes et exploite le potentiel de rendement de manière optimale. La bonne répartition de l’engrais organique sur la parcelle est nécessaire car le lisier améliore la structure du sol et favorise l’activité des micro-organismes.

L’azote est lié organiquement au lisier ce qui génère son activité sur le long terme. . Par ailleurs, l’azote total présent dans le lisier n’est pas égale au pourcentage d’azote total dans l’engrais minéral. Près de la moitié de l’azote total est disponible immédiatement pour les plantes. Le lisier contient de l’azote ammoniacal, immédiatement disponible et de l’azote lié organiquement qui doit d’abord être transformé par les organismes vivants dans le sol tels que des bactéries avant d’être disponible pour les plantes (transformation : azote lié organiquement > ammonium -> nitrate). Si l’azote lié organiquement n’est pas transformé par des micro-organismes, il contribue à la très importante production d’humus. Un épandage précis de lisier au printemps conduit inévitablement à une production végétale correcte sur toute l’année

La fertilisation compensatoire est une bonne stratégie pour l’épandage d’engrais organique au printemps. En effet, le lisier permet d’améliorer la structure du sol sur les sites de moindre qualité. Les capteurs végétaux ISARIA rendent visibles les différences par zone en temps réel. La fertilisation organique par mètre cube (m³) est très imprécise pour le lisier et peut occasionner des dégâts considérables dans la gestion des cultures (céréales couchées, manque de nutriments, tallage trop important dans le cas des céréales, par exemple). Il existe de très fortes variations des teneurs en nutriments du lisier au niveau de la zone de stockage car les composants se déposent. Ainsi, les composants diffèrent souvent de l’échantillon de lisier.

Fertilisation organique avec les capteurs  végétaux.

Les capteurs ISARIA PRO Compact et PRO Active  sont associés à une citerne à lisier dans laquelle est intégrée un capteur NIR. Ils peuvent ainsi répartir la substance organique de façon optimale sur la parcelle. Grâce au GPS, des cartes de potentiels de rendement  sont prises en compte pour la fertilisation.

Le système de VAN-CONTROL, mesure les nutriments du lisier par spectroscopie proche infrarouge (NIR) pendant le remplissage. Par exemple, Zunhammer, spécialiste bavarois de matériel pour le lisier rend possible un épandage spécifique aux zones avec ce système. Le VAN-CONTROL détecte l’azote total, l’azote ammoniacal, le phosphore, le potassium et la teneur en substances sèches. La citerne régule la quantité d’épandage en fonction de l’azote ammoniacal présent dans le lisier et du besoin en azote actuel,  déterminé par les capteurs végétaux ISARIA. Une fertilisation précise est générée en fonction des besoins en nutriments. La documentation des cartes de fertilisation de même que la prise en compte de cartes de rendement ou de sol peuvent se dérouler selon les procédures connues pour la fertilisation minérale. Toutes les données peuvent être gérées dans le système de gestion de données ISARIA CONNECT.

Les avantages sont les suivants :

  • Exploitation optimale du potentiel de rendement
  • Bilan azoté optimisé
  • Réduction des coûts de fertilisation (le lisier remplace en partie le coûteux engrais minéral)
  • Respect des réglementations légales
  • Amélioration de la structure du sol sur les sites de moindre qualité

Cet article est paru dans:

Etre à la pointe de l'actualité

Quelles sont les nouveautés dans le secteur de l'agriculture ?