Le système ISARIA rend possible une fertilisation du colza au printemps adaptée au besoin et respectueuse des ressources. Des possibilités d’adapter l’apport de nutriments au développement des plantes de façon efficace, économique et respectueuse de l’environnement s’offrent ainsi à la culture du colza en Allemagne, soit pas moins de 954 000 hectares en 2020.

ISARIA Fertilisation du colza

Le colza, l’or jaune.

De mai à juillet, le paysage se teinte du jaune lumineux des champs de colza. Issue du croisement entre un chou et une navette, cette plante appartient à la famille des crucifères. Plante utile agricole importante, le colza aime les sols lourds, favorables à un enracinement profond, avec un bon apport en nutriments. Les sols argileux sont bien adaptés. C’est la teneur en huile élevée de ses graines qui fait la valeur de cette plante. Sa forte odeur rappelle le chou.

Par exemple, l’huile de colza saine, qui est utilisée dans de nombreuses cuisines, est obtenue à partir de graines de colza. Sous forme de tourteau de colza, la plante est utilisée comme aliment riche en graisses et en protéines pour le bétail, notamment les bovins, les porcs et les volailles d’engraissement.

Informations sur la culture du colza.

En Allemagne, on cultive principalement du colza d’hiver. Le semis débute en août. Selon les conditions climatiques, les plants de colza sont annuels ou bisannuels. Ils persistent sur le champ pendant presque 12 mois et évitent les jachères et érosions préjudiciables au sol. L’aspect de la plante change fortement après sa floraison. Les fleurs donnent de petites cosses vertes à l’intérieur desquelles poussent les graines de colza. La plante perd ses feuilles. Selon l’ Office bavarois de l’agriculture (LfL Bayern) une valeur indicative de 25 % de colza au maximum est à respecter dans le cadre de la rotation des cultures, car le colza n’est pas auto-compatible. Sinon, la pression des nuisibles augmente trop fortement et le risque de hernie du chou est lui aussi favorisé.

Le problème de la fertilisation identique pour toute une parcelle.

Avec un rendement attendu de 40 dt/ha, le besoin en azote selon l’Office bavarois de l’agriculture est d’environ 210 kg/ha. Mais toutes les zones d’un champ sont différentes, il y a des zones à haut rendement et des zones à bas rendement. Fertiliser de la même façon toute une parcelle entraîne soit une sous-fertilisation, donc une perte de rendement, soit une sur-fertilisation source de nuisances environnementales et de gaspillage des ressources.

Niedrigertragszone vs. Hochertragszone bei der Rapsdüngung

La fertilisation du colza spécifique aux zones avec le système ISARIA.

C’est là qu’intervient le système ISARIA. Les produits sont appliqués à l’endroit précis de la parcelle où ils sont nécessaires. Le résultat : des bilans azotés équilibrés et une exploitation optimale des potentiels de rendement.

Ertragszonen bei der teilflächenspezifischen Rapsdüngung

1. Détection de l’état nutritionnel à l’automne.

Selon la météo automnale et la période de semis, une culture de colza peut avoir absorbé même avant la pause végétative des quantités d’azote considérables. À l’automne, après une période de végétation correspondante, le colza d’hiver a, dans le meilleur des cas, suffisamment tallé. L’état nutritionnel du colza peut alors être détecté avec le mode scan des capteurs de végétaux ISARIA PRO Compact et ISARIA PRO Active. Ce passage ne doit pas nécessairement être réservé à l’obtention de données. Il peut être associé à l’épandage d’herbicides à l’automne pour la lutte contre les mauvaises herbes ou la prévention des repousses.

L’analyse du scan de la surface de colza peut être téléchargée dans l’outil de gestion des données intuitif ISARIA CONNECT via une clé USB, par exemple). Il s’agit d’un outil convivial de gestion centrale des données géoréférencées qui permet de gérer efficacement les tâches spécifiques aux zones. DansISARIA CONNECT le scan est automatiquement affecté à la parcelle préalablement créée et interpolé.
Un simple enregistrement par ID ISARIA suffit pour activer le système. Lorsque l’utilisateur a créé les informations de base pour son exploitation, ISARIA CONNECT est opérationnel et il devient par exemple possible de calculer des cartes d’application ou de créer des tâches et de les transférer dans le terminal du tracteur. En outre, de nombreuses fonctions d’analyse et de documentation des données de mesure des parcelles sont disponibles après le travail sur le champ. Les données obtenues lors du trajet de mesure à l’automne et la carte d’application pour la fertilisation au printemps peuvent être traitées de façon conviviale à tout moment.

2. Fertilisation de printemps

Sur la base des données générées à la fin de l’automne par scan des surfaces de colza avec les capteurs de végétaux ISARIA PRO Active et PRO Compact, des cartes d’application peuvent être réalisées très facilement dans ISARIA CONNECT pour la fertilisation de printemps spécifique aux zones et adaptée au besoin. Les cartes peuvent être entrées dans le terminal ISARIA en tant que tâche. Il est également possible de traiter les cartes d’application générées sur d’autres terminaux.
L’utilisateur peut choisir de répartir la quantité totale sur deux apports de même que le pourcentage de répartition des apports. Une stratégie à 2 apports peut par exemple être nécessaire pour que l’agriculteur puisse réagir à différents dégâts dus au gel à la sortie d’hivernage. Si les dommages sont relativement importants, le colza a besoin au début, donc au 1er apport, de beaucoup d’azote pour se remettre rapidement. Si les dégâts dus au gel sont moindres, la quantité totale d’engrais peut être répartie entre le premier et le deuxième apport. Une fois que la carte d’application a été générée dans ISARIA CONNECT , elle peut être exportée. Si l’agriculteur a choisi de répartir la quantité totale d’engrais sur deux apports, deux cartes d’application sont exportées.
L’agriculteur peut intégrer les cartes d’application soit directement dans une tâche pour le terminal ISARIA puis travailler avec celles-ci, soit les exporter au format ISOXML pour les traiter avec d’autres terminaux.
Compte tenu de la forte perte de feuilles liée au gel, une fertilisation purement en ligne n’est souvent pas possible, surtout avec des dates de fertilisation précoces, car les feuilles ne fournissent après une sortie d’hivernage pas d’information représentative de l’état nutritionnel. Suite à la sortie d’hivernage, les parties aériennes sont endommagées ou régressent sous l’effet du gel. Il s’agit là d’un mécanisme de protection naturel de la plante

Précis et convivial à tous égards.

Le scan de surface à l’automne et la génération de cartes d’application rendent possible au printemps une application de nutriments précise, spécifique aux zones, donc adaptée au besoin. Le système est complété par une gestion des données simple avec ISARIA CONNECT. Le calcul du rendement par hectare assure la transparence des coûts ; la redevance correspondante n’est due qu’une fois que les cartes d’application sont intégrées dans une tâche pour le terminal ISARIA ou exportées pour être utilisées sur un autre terminal. L’enregistrement du développement automnal permet de réagir de façon optimale au potentiel de rendement. En outre, les ressources sont ménagées.

Cet article est paru dans:

Toujours au courant.

Que se passe-t-il dans l'agriculture numérique ?